samedi 13 octobre 2007

Portal, le test


De tous les jeux qui composent l'Orange Box (qui est, rappelons-le, un pack de 5 jeux proposé par Valve pour 45€ ainsi qu'une sorte de gnou d'Afrique du sud), Portal est certainement le plus enthousiasmant. Imaginez : un FPS -quasi- non violent basé sur la résolution d'énigmes à l'aide portails dimensionnels et autres bouboules énergétiques, ça fait du potentiel. Malgré tout, le risque que Portal se prenne une grosse vautre était assez élevé tant il apparaissait a nos yeux plein de cataractes comme un gadget sans prétention. Et bien ce qu'il en est, c'est qu'on s'est bien planté. Et profond.


Portal tourne en fait uniquement autour de la seule chose que vous aurez pendant le jeu entre les mains : une sorte de fusil générateur de portails. Pour clarifier, voici un exemple : grâce au clic droit, vous placez un portail à un endroit X, puis un autre à un endroit Y avec le clic gauche, et enfin vous rentrez dans X pour sortir en Y. Et si vous trouvez que j'explique mal, vous regardez les vidéos ci-dessous (et vous allez vous faire foutre). Une fois en possession de l'engin, vous pourrez joyeusement vous démonter les méninges en résolvant les énigmes qui encombrent les 19 niveaux du jeu : et comment que je vais mettre ce cube sur ce bouton, et comment que je vais mettre la bouboule dans son logement, etc etc. Le soft est à difficulté progressive et des "maps bonus" sont proposés a ceux qui auront trouvé ça trop court et trop facile (a tout le monde donc)

Passons rapidement sur les graphismes : c'est austère, épuré et très typé "laboratoire". Ce qui tombe bien, puisque c'est dans un laboratoire que l'histoire se passe. Bref ca a le mérite d'être fonctionnel mais si Portal reste dans l'histoire, ca sera surement pas pour ça.

Non si Portal marquera les esprits, ca sera certainement plus pour son gameplay. En plus d'être un des plus innovant depuis très longtemps, il est exploité a la perfection : on a l'impression que les développeurs vous obligent a penser "portails". Du coup, on aborde les puzzles d'une façon nouvelle et jouissive : certains jouent sur la vitesse (enchainer les portails pour faire avancer la bouboule jusqu'au bon endroit), d'autres sur la physique (grâce a "l'influence des portails sur la gravité, ou plutôt sa non-influence") et d'autres sur...bah sur les portails (nottament pour la supression des tourelles). Alors oui c'est ultra facile jusqu'au niveau 15, oui c'est très court (comptez 4 heures grand maximum pour finir l'aventure principale) mais c'est tellement rafraichissant que c'est dur de pas aimer.

Mais en plus d'un gameplay a toute épreuve, Portal se permet de se payer une ambiance quasiment aussi suprenante que le jeu en lui même : oscillant entre le franchement comique et le légèrement oppressant, une voix vous accompagnera tout au long du jeu en vous gratifiant de commentaires cynique a souhait du genre "la prochaine salle de test est en travaux et a été remplacé par des androîdes de combat, tirant a balle réelles. La direction d'Aperture science vous prie de l'excuser pour ce désagrément" ou encore "Tomber dans l'eau vous vaudra une note négative sur votre dossier, et sera suivi d'une mort immédiate". Attendez vous aussi a être attendri par cette mignonne petite mitrailleuse qui vous annoncera de sa douce voix fluette avant de mourir qu'elle "ne vous en veut pas". Bref, Portal étonne, et pas seulement dans le gameplay. Même le scénario se trouve être plus qu'un simple enchaînement de niveaux, mais je vous garde la surprise (et le gateau) au chaud.

Plus fort encore, un ambiance oppressante se met rapidement en place, et ce malgré l'humour du titre : ainsi des signes vous feront rapidement dire que vous n'êtes pas le premier a être passé par là, mais que ça ne c'est pas forcément bien fini pour les autres...



Si Portal s'affiche sans broncher comme le meilleur jeu de puzzle depuis de nombreuses années grâce a un gameplay innovant et parfaitement exploité, il est un peu dommage qu'il soit proposé aussi cher quand on sait que n'importe quel joueur doté d'un QI superieur a celui d'un poulpe mort le torchera en 4 heures maxi. Reste a esperer que la communauté s'empare de ce concept enthousiasmant et nous ponde des dizaines de maps toute plus tordus les une que les autres. Mais honnêtement, on devrait pas avoir a attendre trop longtemps parceque quand même, qu'est ce que c'est bon ce jeu. Cher, mais bon.

PeLOmaR, 92%


/!\ au Spoiler /!\

Comme elle est extraite du jeu, cette vidéo montre malheureusement comment résoudre certains passages. Bon rien de méchant, j'ai essayé de prendre les trucs les plus cons possibles mais vous pourrez pas dire que vous etiez pas prevenu. Sinon cette vidéo montre le fonctionnement de base des portails et les petites mitrailleuses cro-kawai. Vala.

Editeur : Valve
Développeur : Valve
Genre : jeu de puzzle
site officiel : orange.half-life2.com

5 commentaires:

Anonyme a dit…

ça à l'air bandant

PeLOmaR a dit…

oh que oui ^^
L'orange Box est décidément un achat ultra rentable, avec 5 jeux de qualitay pour le prix d'un.

Enfin, j'ai pas testé half-life 2: episode 2 mais d'après les échos que j'en ai eu, c'est du tout bon.

Alors foncez !

A poil !

Anonyme a dit…

un jeu magnifique !!!; et boucous de a références à Black Mesa.

-musique de fin http://romzebest.free.fr/zic/Games/Portal%20-%20Still%20Alive.mp3

-les sons des tourelles http://romzebest.free.fr/public/Games/turret_portal.zip


duke3d

PeLOmaR a dit…

+1, la musique de fin est excellente, surtout avec la traduction sous les yeux ^^

Par contre je vois pas la reférence a Black Mesa dans les sons des tourelles...
Mais le jeu est bourré de reference a Black Mesa, qui est une de leurs entreprises concurrentes ^^

gripoil a dit…

CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN CACA BOUDIN