dimanche 30 mars 2008

Call of Duty, le test.

On pourrait penser que les exigences des joueurs changent avec le temps, qu'ils deviennent plus tatillon quand a la qualité de leur loisir préféré. Quid d'un Medal of Honor qui sortirait de nos jours ? Un échec financier à coup sûr, aujourd'hui le joueur recherche l'originalité, la liberté d'action et la réflexion sur la place du jeu vidéo dans le monde messieurs ! Hé hé, le vieux bobard. Un rapide coup d'œil sur les chiffres de vente (avec le dernier Call Of duty qui caracole tranquillement en tête) suffit en effet à voir que plus que jamais, le joueur veut du sang, des têtes arrachés et surtout s'en prendre plein la vue, peu importe qu'il soit pour cela pris comme le dernier des abrutis. "Mais portnawak, matte le dernier Unreal Tournament, t'as vu la branlée qu'il s'est prise ?". J'ai vu oui, mais en l'occurrence c'est surtout parce qu'il est chiant comme la mort et que ça va bien de prendre les joueurs pour des poires, fallait bien qu'ils finissent par se ramasser à force de repomper le même concept. Bref, toujours est-il que les joueurs aiment être guidé comme des moutons. Dans ces conditions, pourquoi le premier Call of Duty -aujourd'hui disponible en version budget- ne resterait-il pas un excellent FPS ?

Inutile de faire durer les présentations, vous savez tous que Call of Duty est un FPS permettant d'incarner un héros super bionique qui charcute des nazis par paquet de douze et qui peut encaisser une rafale de mitrailleuse lourde sans broncher. Pour ceux qui auraient oublié, CoD est découpé en trois parties : on commence par les gentils américains, puis on enchaine avec les anglais (qui sont très moustachus) pour finir en apothéose avec la glorieuse nation russe. Au programme : sabotage de navire, nettoyage de châteaux et libération de Berlin, bref du très grand spectacle qui reste dans la droite lignée des Medal of Honor.

Le problème dans un jeu comme CoD, c'est que la mise en scène (qui comprend les graphismes et les scripts principalement) est au moins aussi importante que le gameplay. Et le problème c'est qu'une mise en scène, ça vieillit très mal. Il n'y a qu'a regarder CoD 4 : le gameplay n'a quasiment pas bougé d'un iota depuis le premier épisode : des armes, quelques alliés, beaucoup d'ennemis, on avance et on bute tout ce qui porte un turban/uniforme feldgrau. A côté de ça, le travail fait au niveau des graphismes et de la mise à scène est absolument énorme, compense la médiocrité du jeu et renvoie notre premier épisode à l'antiquité du jeu vidéo.

Call of Duty 1 fait parfois tout simplement pitié. Les scripts qui se déclenchent avec un petit freeze au moment de passer une porte, les ennemis qui arrivent dans le dos alors qu'on vient de nettoyer la zone ou ceux qui sortent par un trou du mur qu'on ne peut pas atteindre, les objectifs a la con du genre "tenir le pont 5 minutes" qui ne sont qu'un prétexte pour faire mourir des dizaine de vague d'assaut allemande sous votre poing vengeur, tout ça sort par les yeux en 2008. Par égard pour le jeu, je ne parlerais pas de ces niveaux ultra chiant qui vous font nettoyer une base allemande tellement uniforme qu'on s'y perdrait si le jeu n'était pas si linéaire. Mais en fait si, parce que je suis un gros fou moi.

Alors, est-ce que tout est à jeter ? Certes non. Malgré tout ces défauts, le jeu reste très prenant et certain niveaux sont un vrai plaisir à jouer. Malgré l'âge, l'attaque de Stalingrad est toujours aussi impressionnante, et l'immersion est excellente, même si il faut bien avouer que c'est beaucoup moins bluffant qu'à sa sortie. Même si c'est parfois totalement ridicule, les séquence avec la voiture chez les ricains et dans le camion avec les anglais sont sacrément marrantes et permettent de bien se défouler entre deux missions. Mais bon, c'est quand même un peu léger face aux longs niveaux en couloir (qu'on retrouve surtout dans la campagne anglaise) que vous jouerez machinalement, sans plaisir ni frisson réel.

Bof. En quatre années, Call of Duty est passé du stade de FPS nerveux qui mettait n'importe qui sur le cul à celui de soft banal sur la seconde guerre mondiale. Ce n'est pas une grosse daube, mais ça ne vaut certainement pas les 20€ qu'en demande la plupart des revendeurs sur internet. Enfin, si à l'occasion vous tombez dessus au détour d'un bac "Tout à 5€ !", allez y ca reste très sympa à jouer même si ça n'a plus du tout le sel d'autrefois.

PeLOmaR, 45%


Hop là, une petite vidéo de gameplay réalisé par mes soins. Bon c'est extrait aux 9/10 de la campagne anglaise, avec l'attaque d'un pont, la défense au petit matin de celui ci, un niveau en couloir et plein d'autres trucs vachement bien.

Editeur : Activision
Développeur : Infinity Ward
Type : FPS
Site officiel : www.callofduty.com

7 commentaires:

Simon a dit…

CoD 2 est pour moi un des meilleurs jeux du genre, avec des scenes d'actions sensass, je parle surtout en particulier de l'attaque de la falaise en france, du grand art, le débarquement de medal of honor à côté, c'est de la pisse de rat

PeLOmaR a dit…

Je te jure qu'en téléchargeant CoD (oui parce que je l'ai pas acheté, il coute trop cher), je pensais vraiment lui coller un avis positif.
Mais putain que ca vieilli mal...dans le dernier CoD t'assiste à une explosion nucléaire, tu prends d'assaut un navire en pleine tempête, tu sauve un pilote de Black Hawk crashé dans une ville hostile...tout ça avec des graphismes mangnifiques.

Nan les Call Of Duty c'est des jeux qui se consomme sur le moment, c'est pas fait pour s'inscrire dans la longueur.

Dr Greenthumb a dit…

Le jeu se fait démonter, et au final ramasse un 75%

Tu manques de cohérence mon petit pelomar ^^

PeLOmaR a dit…

Tain mais t'as raison en plus.

Enculé.

MCpaul34 a dit…

Avec un test pareil (jeu pourri + grosse note), tu devrait facilement décrocher un boulot de testeur chez PCjeux...

PeLOmaR a dit…

Je vois pas de quoi tu veux parler, 45% me semble être une note honnete pour ce jeu.

Anonyme a dit…

peuh cheater! ta edit!