vendredi 22 juin 2007

Soldat, le test.


Ah, Soldat... Oscillant entre quake et worms, ce freeware a su s'imposer dans la jungle (sans merci) des jeux multijoueurs gratuits. Malgré un créateur polonais (et donc forcément alcoolique), Soldat possède aujourd'hui une véritable communauté qui enrichit le jeu tous les jours grâce a l'éditeur de map. Ayant récemment subit de grosse modifications, il m'a semblé interessant de se repencher sur ce jeu de petit soldat virtuel, ou la durée de vie approximative est de 20 secondes.

Le principe de base de Soldat est très simple (oui, même toi tu peux comprendre) : sur des maps en 2d (d'ou la ressemblance avec Worms) votre but sera de massacrer votre prochain grâce a une dizaine d'arme, qui vont de la tronconneuse au minigun. Les modes de jeu vont du plus classique (deathmatch, team deathmatch, CTF) a du plus original (protection d'objectif ou encore récuperation d'un arc qui vous donne des supers pouvoirs) mais dans l'ensemble ca reste dans les normes.

En fait, l'intêret de Soldat réside surtout dans son gameplay nerveux et violent : on meurt très souvent, on réapparait très vite et on tue sans s'en rendre compte. Les controles sont concis est effiace : touche directionnelle, clic gauche pour tirer et clic droit pour activer son jetpack et s'envoler dans les cieux (avant de redescendre d'un coup de fusil a pompe dans les tripes généralement). Les maps sont nombreuses et très varié, notamment grace a la communauté. Bref de ce côté la c'est du tout bon, c'est très joussif d'autant qu'il ya tout le temps des serveurs remplis pour s'éclater.

Malheureusement, tout n'est pas rose au pays de Soldat, et le jeu est loin d'être exempt de défaut, même pour un jeu gratuit. Deja Soldat n'est pas entièrement gratuit : vous pouvez bien sûr y jouer sans débourser un rond, mais si vous vous enregistrez (et que donc vous payez), vous pourrez profitez d'innovations bien entendu indispensable au jeu : création de profil, lecture de mp3, changement de la couleur de la fumée du jetpack...Ca ne sert a rien et ça coute...tenez vous bien...14$. Du vrai foutage de gueule en somme, d'autant que les bonus n'apporte en réalité rien au jeu. Mais a la rigeur, les devs n'obligent personne a payer donc si ils trouvent des pigeons capable de payer 15 bourzoufs pour des fumée de couleurs, tant mieux pour eux. Non, les défauts qui me gènent réellement sont dans le jeu lui même : je ne sais pas si c'est a cause de ma connexion internet en carton, mais j'ai un mal de chien a rejoindre une partie en multi, alors que le browser est plutôt efficace le reste du temps.
Autre problème, que j'attriburrais cette fois a vista (n'hésitez pas a dire en commentaire si vous avez ce problème), je joue pendant 20mn avant de subir un gros freezze. Impossible de continuer, seul solution ctrl + alt + suppr. Battleye est assez lourd aussi, avec une forte tendance a vous virer des serveurs sans raison. Enfin, le jeu se révèle rapidement répétitif en cas de partie intensive, malgré la variété des maps.


Soldat est le freeware idéal pour jouer entre pote. Varié, facile d'accès et surtout très bourrain, il vous garantira de bonne partie a s'entretuer joyeusement a coup de lance grenade. Par contre et a moins d'aimer la Pologne ou d'être très con, inutile de prendre la version payante qui mériterait une grosse étiquette "Attention arnaque". Sinon ca reste un divertissement très agréable, mais a consommer avec modération si vous voulez conserver le plaisir de jeu...

PeLOmaR, 8/10 version gratuite, 1/10 version payante.

Editeur : aucun
Développeur : Michal Marcinkowski
Type : Worms de bourrain
site officiel : www.soldat.pl
Download : dans ton cul ou ici

1 commentaires:

Pixel Mort a dit…

Boarf, la version payante c'est surtout pour filer un petit coup de pouce au dev, tout le monde sait que les ajouts sont minimes et c'est présenté de façon toutà fait transparente dans le manuel. Je dirais même que les joueurs "enregistrés" et donc ayant payés souffrent d'un préjugé parfois lourd: la petite étoile à côté de leur pseudo donne l'impression qu'ils sont forcément plus forts et donc quand ils jouent mal c'est deux fois plus la honte. C'est toujours un plaisir d'exploser ces sales bourgeois : D (semi-ironie inside)